Lot 27
25 000 - 30 000 €
Résultat: 63 500 €

MANUSCRIT

MANUSCRIT. - LORRIS (Guillaume de) et Jean de MEUNG. Le Roman de la Rose. Manuscrit du dernier quart du XIVe siècle. Paris (France).
Parchemin. 128 feuillets non foliotés; 358 x 274 mm; 2 colonnes par page; 36 vers par colonne, puis 42; réglure à la mine de plomb, puis à la pointe sèche.
Composition: Garde: 2 bifolios (soit un bifolio dont le premier est collé au contreplat supérieur de la reliure et le second feuillet collé au feuillet suivant; et un second bifolio dont le premier feuillet est collé au feuillet précédent): 18-128 (ff. 1-96), 136 (ff. 97-104), 148-168 (ff. 105-128); garde: un feuillet, témoin de la garde primitive, collé au feuillet suivant, et un bifolio dont le premier feuillet est collé au feuillet précédent et le second feuillet collé au contreplat inférieur de la reliure.
À l'origine, les cahiers étaient chiffrés de a à r, et, après la réclame, de i à xvi (le 17e et dernier cahier ne l'étant pas); les feuillets étaient chiffrés au recto, à l'encre rouge, dans l'angle inférieur droit, comme suit: d, di, dii, diiii (exemple du 4e cahier, actuel 3e).
Ce manuscrit a subi quelques avatars: le premier cahier manque, ce qui implique une lacune dans le texte. De plus, il fut mal relié au XVIe siècle, les trois premiers feuillets sont foliotés de i à iii, puis iiii (f. 10), cependant que le 15e folio fut employé comme page de titre; il fut remis en ordre, sans doute lors de la restauration de la reliure au XIXe siècle, mais le feuillet central du 6e cahier est resté inversé: il convient donc, à la lecture, de passer du 3e feuillet au 5e pour revenir au 4e, et poursuivre au 6e feuillet.
Reliure du XVIe siècle en veau estampé à froid de fleurs de lis; dos refait, et titre à l'or.
Texte: «Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose.» (Le premier cahier a disparu, engendrant une lacune de 953 vers).
• ff. [1-21]: Car il puet tost sente actendre. / Cinq fleches y ot dautre guise; des.: C'ai je ny voy ailleurs fiance. - Ed. Lecoy, vers 954-4028.
• ff. [21-128]: Cy commence maistre Jehan de Meun. L'Amant. Ainsi l'ay je perdu espoir / A pai pou que ne m'en desespoir; des.: Ainsi, oy la rose vermeille / A tant fu joui et je m'esveille. Cy fine le Romant de la Rose, ou l'art d'amours est toute enclose. Deo gratias. - Ed. Lecoy, vers 1029-21750.
Décoration: La mise en page du texte est éclairée par des rubriques, et des initiales peintes alternativement en rouge et bleu, agrémentées de filigranes dans l'autre couleur. On notera que l'artiste responsable de la décoration a également été responsable de la rubrication, car les indications du copiste figurent parfois encore, lorsqu'elles n'ont pas été rognées, dans le bas de la marge inférieure. Les hastes des lettres de la première ligne peuvent être largement développées dans la marge supérieure.
Peintures: 4 belles illustrations subsistent (ff. 15, 17, 53 et 70v°) sur les six que comptait le manuscrit (celles des ff. 90 et 114 ont été découpées). L'encadrement est constitué d'un double trait à l'encre noire; dessins à l'encre noire, les habits des personnages sont rehaussés au lavis, et les visages à l'aquarelle rose, cependant que les pelouses vertes sont peintes à l'aquarelle.
Ex-libris gravé d'Élie Brochart, conseiller au Parlement (XVIIIe siècle).
Bibliographie: Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. Félix Lecoy, 3 vol., Paris, 1966-1970 (Les Classiques français du Moyen Âge, 92, 95, 98): Langlois, Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. et trad. Armand Strubel, Le Livre de poche, 1922 (Lettres gothiques, collection dirigée par Michel Zink).
Superbe manuscrit de grand format, d'une écriture d'une grande élégance et dans un remarquable état de conservation, en dépit de lacunes textuelles et iconographiques
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue