Grands plats de reliure d'évangéliaire en…

Lot 39
5 000 - 8 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 45 720 €

Grands plats de reliure d'évangéliaire en…

Grands plats de reliure d'évangéliaire en argent repoussé, gravé, en partie doré et en or, sur âme en bois de peuplier.
Premier plat, sur fond brettelé: au centre, Vierge à l'Enfant de tendresse entourée dans des réserves de différentes scènes du Nouveau Testament (Visitation, Nativité, Adoration des Rois mages, Présentation de Jésus au temple, Annonciation, Baptême du Christ, Baiser de Judas, Fuite en Egypte, Jésus au milieu des docteurs, Tentation de Jésus dans le désert, anges).
Second plat, sur fond brettelé: le Christ en croix entouré du Tetramorphe et d'autres scènes du Nouveau Testament (Flagellation, Crucifixion, Mise au tombeau, Noli me Tangere, Saintes Femmes au tombeau, Christ bénissant dans une mandorle, anges).
Des bandes en or portant des inscriptions soulignent horizontalement les deux plats. Sur celui de la Vierge, au-dessus, l'inscription pourrait se lire + UIRGA VIRTVTIS PROTVLIT FRVCTUS QUE SALVTIS + VIRGA + FLOX NATUS + (Le rameau de la puissance a produit le fruit - La fleur née du rameau du salut); au-dessous + EST CARNE NOSTRA BEATUS + ([l'Enfant Jésus] est heureux dans notre chair); au-dessus du Christ en croix + EUG S LUCAS + IES NAZARENUS REX IUDEORUM + EUG S MARCUS + (Evangéliste saint Luc - Jésus de Nazareth roi des Juifs - Evangéliste saint Marc); au-dessous S IOHS EVG + IKS NAZARENUS REX IUDEORUM + S VEG MATEUS (Evangéliste saint Jean - Jésus de Nazareth roi des Juifs - Evangéliste saint Matthieu). En bordure de la feuille d'argent retournée au dos d'un des plats, on peut déchiffrer à l'envers HOC OPVS RESTAVRAVIT MINI DA SIENA A[NNO] DOM[INI] MCCCLVII (cette oeuvre a été restaurée par Mini de Sienne l'année du Seigneur 1357).
Dos de l'âme en bois portant des traces de parchemins d'antiphonaire enluminés, restes de liens et de cuir.
Italie, Sienne, XIIIe et XIVe siècles
H. 48,7 cm - L. 31,2 cm
Conservés dans un grand coffret de cuir (renforts au dos)

Ces plats de reliure ont figuré vers la fin des années 60 à la Biennale de Florence au Palazzo Strozzi sur le stand du libraire parisien F. de Nobele. Ils avaient été longuement examinés auparavant par le grand critique d'art Bernard Berenson qui ne doutait pas de leur authenticité.
L'inscription laissée par le restaurateur (?) comme la graphie des textes liturgiques et le style des figures inclinent à penser que les feuilles d'argent en repoussé illustrant le Nouveau Testament sont antérieures aux bandes verticales et horizontales servant à les maintenir. Toutes ces scènes sont en effet fortement inspirées des icônes orientales de l'école byzantine comme l'était la peinture toscane au XIIIe siècle, notamment pisane et siennoise. Le Christ en croix avec sa silhouette élancée, sa croix haute et étroite en Y, sans suppedaneum et ses pieds croisés en rotation externe reprend la figuration d'un tableau de Bonaventure Berlinghieri conservée à la Galerie de l'Académie à Florence. L'oeuvre de ce peintre toscan du milieu du duecento (1235-1274), très influencée par les miniatures, témoigne comme cette rare pièce d'orfèvrerie de l'imprégnation byzantinisante des arts siennois.

Ouvrages consultés: Dr P. Thoby, Le Crucifix des Origines au Concile de Trente, Nantes, 1959, n°219; Exposition Lens, D'or et d'ivoire - Paris, Pise, Florence, Sienne 1250-1320, musée du Louvre-Lens, mai-septembre 2015.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue