Louis Hayet (1864-1940)

Lot 63
5 000 - 8 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 63 500 €

Louis Hayet (1864-1940)

Atlas Chromatique
Coffre contenant 14 double planches de bandelettes, 1888
Bandes de papier collées sur carton
57 x 91,5 cm

Provenance
- Collection Régine et Guy Dulon

Bibliographie
- Guy Dulon, Christophe Duvivier, Louis Hayet peintre et théoricien du néo-impressionnisme, Éditions Ville de Pontoise et le Conseil Général du Val d'Oise, 1991, repr. p. 175

« C’est ainsi que cela commença, sur l’extrême fin des années 1950. Je me revois au fond de cette cave, rivé, cloué par les yeux à ces peintures qui trainent ici et là, par dizaines sur un établi. Dieu, quelles peintures ! Elles rongent les pénombres, dévorent à pleines couleurs la lumière molasse qu’une ampoule vacillante distille menue, sous le plafond bas. Près de moi, leur propriétaire fourgonne les noirceurs. Imagination à l’incandescence, je dégage du vrac des huiles, des aquarelles, des gouaches. Bon nombre sont exécutées « aux points », sur des cartons de petits formats. L’ensemble est d’une telle qualité que, d’emblée, j’évoque le meilleur. Je pense : Georges Seurat ?
En fait, quelques tableaux portent une signature : L.Hayet.
(….)

Problème à deux questions:
La première : Qui est L.Hayet ?
La deuxième : Les oeuvres tendraient à prouver que cet artiste adopta, en un temps indéterminé, la technique néo-impressionniste. Sachant que le mouvement « Néo », fort à l’origine de quelques rares individualités remarquables, a regroupé dans les décades suivantes, des centaines, voire des milliers de peintres, L. Hayet est-il un créateur ? Ou un simple suiveur ?
(….)

Pourtant, je trouverai très vite un précieux indice dans le “Dictionnaire de la peinture moderne”. Jean Leymarie qui signe l’article sur le “Néo-Impressionnisme” écrit : « en 1885 il (Paul Signac) rencontre chez Guillaumin, Pissarro qu’il présente à Seurat et qui adopte avec enthousiasme la technique nouvelle, laquelle répondait à son besoin d’ordre et de structure ; Pissarro entraîne avec lui son fils aîné, Lucien,
et le camarade d’études de celui-ci, Louis Hayet ».

Extrait de Guy Dulon, Christophe Duvivier, Louis Hayet peintre et théoricien du néo-impressionnisme.
Éditions Ville de Pontoise et le Conseil Général du Val d’Oise, 1991

Louis Hayet commence à dessiner et à exécuter des aquarelles dès l’âge de douze ans. Lorsqu'il rencontre vers 1881-82 Camille et Lucien Pissarro, dont il devient l'ami, il est déjà bien imprégné des découvertes optiques d'Eugène Chevreul. Dans son traité “De la loi du contraste simultané des couleurs”, ce dernier a mis en évidence qu’une couleur donne à une couleur avoisinante une nuance complémentaire dans le ton: les complémentaires s’éclairent mutuellement et les couleurs noncomplémentaires paraissent ”salies”. Il est donc prêt à adopter la technique néo-impressionniste lorsqu'il rencontre Seurat en 1886. Très vite, il devient alors un théoricien de ce groupe dont il est le plus jeune élément. Il sera aussi souvent leur porte-parole pour expliquer aux journalistes les éléments scientifiques de cette nouvelle technique du contraste simultané
et successif. Son activité picturale est intense. Il cherche, compose des cercles chromatiques, étale les couleurs par touches virgulées, en contraste, sur des bandes de papier. Hayet réussit dans ses compositions de parfaites orchestrations de couleurs; par ses touches vibrantes et ses
contrastes colorés, son oeuvre est imprégnée d’émotion et d’harmonie.
Il exposera notamment au Salon des Indépendants en 1889, avec le groupe des XX à Bruxelles, où il représentera
l’avant garde de la peinture française avec, entre autres, Cézanne, Dubois-Pillet, Lucien Pissarro, Sisley et Toulouse-Lautrec.
 
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue