APOLLINAIRE (Guillaume)

Lot 5
18 000 - 25 000 €

APOLLINAIRE (Guillaume)

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE deux fois Gui à Lou (Louise de Coligny-Châtillon), datée 9 avril 1915, 4 pages in-12.
Émouvante lettre, où Apollinaire fait son testament en faveur de Lou.
Il est sur le front et envoie deux dessins de sa cabane [non joints à cette lettre]: Je suis dans une cabane en roseaux... Nous avons reçu trente obus mais un peu trop longs ce qui fait que nous n'avons rien eu. D'ailleurs les obus éclataient mal... L'ambiance? On ne regrette et souhaite ici qu'une chose: la FEMME, la phâme, ça nous affame et Dieu sait si souvent la femme est infâme. Pour le reste c'est l'enthousiasme, le patriotisme simple et parfait et je crois que ma batterie est une des plus braves de l'armée française. (...) Cette forêt est émouvante. Elle contient le patriotisme, l'amour profond et désespéré. Chaque branche défeuillée est un voeu de bonheur, un voeu timide pour soi, un voeu de bonheur ardent pour les autres, surtout pour l'autre, celle qu'on aime. Nos officiers sont gentils...
Puis il lui annonce: J'ai fait ton testament en ta faveur, en cas d'accident quelconque. Hélas: Il n'y a pour le moment... que des tableaux. Tu n'as vu aucun tableau de valeur, ils sont tous cachés avec ma collection de statues africaines. Il y a ma bibliothèque et mes livres qui en temps de paix rapportent de 3 à 4 mille francs par an. Tout ça n'est pas grand-chose et pardonne-moi de n'avoir pas plus à te laisser. En cas d'accident, qu'elle prévienne L'Intransigeant et le Mercure de France: Ma mère serait prévenue car j'ai donné son nom avec le tien. Il revient sur ses livres, pour en parler en détail, avec une certaine confiance en leur avenir. Ces précisions sont extrêmement intéressantes pour la biographie d'Apollinaire: Si je mourais, n'oublie pas surtout les droits d'auteur sur Alcools. Je ne les ai pas touchés, et pas fait de traité, par conséquent c'est un livre qui est entièrement à moi. Tu ferais aussitôt un traité avec le Mercure selon les habitudes de la maison. C'est un livre qui seul dans 4 ou 5 ans rapportera dans les deux mille francs par an et plus tard il peut rapporter plus encore... Quant au Poète assasssiné, qu'elle s'en occupe aussi: Il faut faire un traité, 50 centimes par volume comme droits d'auteur pr. le 1er. mille (...). Pour l'Hérésiarque il y a 2 ans que je n'ai pas fait de compte avec Stock son éditeur. Il faudra voir ce que j'ai à y toucher... Il y a aussi au Mercure: les Diables amoureux [ne sera publié qu'en 1964] faire un traité comme pr. le Poète assassiné... Il y a encore un livre tout prêt à paraître (...) Les 3 Don Juan. En post-scriptum, il ajoute tristement: Tout ceci [ne] t'intéressera pas en ce moment que je suis encore en vie. Mais si je meurs, relis cette lettre avec attention, d'ailleurs j'espère que Toutou sera là pour s'occuper de tout cela à ta place.
Cette lettre testamentaire est d'une grande importance biographique et littéraire.
Lettres à Lou (éd. M. Décaudin), lettre n° 119.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue