DULIRIS (Léonard)

Lot 22
10 000 - 12 000 €

DULIRIS (Léonard)

La Théorie des longitudes, reduite en pratique sur le globe celeste, extraordinairement appareillé, pour cognoistre facilement en Mer, combien l'on est esloigné de toutes les terres du Monde. Paris, De l'Imprimerie de Jean Guillemot, 1647. 2 parties en un volume in-4, vélin souple, instrument dessiné à l'encre sur la totalité du second plat, titre à l'encre en haut du dos, tranches mouchetées (Reliure de l'époque).
Lalande, p. 224. - Polak, n°2873.
Édition originale, très rare.
Léonard Duliris, frère récollet né en 1588 dans le Périgord et mort vers 1656, se passionna pour l'hydrographie et l'astronomie. Durant huit ans, il travailla au développement d'une méthode pour déterminer les longitudes, dont le calcul, fondamental pour la navigation, fut l'un des sujets de recherches privilégiés dans l'astronomie aux XVIIe et XVIIIe siècles.
L'auteur prétendait pouvoir résoudre le problème des longitudes avec un instrument de son invention, le globe hauturien. Au cours d'un voyage au Canada en 1645, dans la région de la Gaspésie, il mit en pratique ses recherches et confirma ses observations.
La publication de son ouvrage suscita une vive querelle avec l'astronome Jean-Baptiste Morin.
Mis à part le problème des longitudes et l'invention ou l'amélioration de quelques instruments d'observation, la contribution du P. Duliris au développement de l'astronomie moderne peut sembler assez mince. Elle annonce pourtant l'émergence d'un esprit scientifique moderne. Ainsi, il est probablement un des premiers astronomes à aller vérifier sur place le bien-fondé de ses hypothèses (voir Jacques Vialle, «Un astronome rochelais au XVIIIe siècle, le père Léonard Duliris, récollet», in Les Cahiers clairaut, n°45, 1989, pp 17-20).
La seconde partie du volume, en pagination continue mais avec une page de titre particulière datée 1647, est occupée par le Globe hauturien, inventé de nouveau. Pour prendre à toute heure du jour, aux rayons du Soleil, la hauteur Equinoctiale & Polaire. Dédié aux Pilotes François (pp. 161-223), ainsi que par l'Abrégé du Journal fait en la navigation du Canada (pp. 224-258).
Signalons, p. 157, un curieux Dialogue cronographique, comprenant l'année de l'impression du Livre, donné par Louis Cavalle, Mineur observantin.
Le faux-titre est intitulé: Le Secret des longitudes descouvert au Roy et a la Reyne Regente.
Exemplaire dans sa première reliure en vélin, dont le second plat est orné d'un dessin à main levée montrant un instrument de mesure.
Cachet découpé dans le blanc du titre (comblé).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue