CIMIER BAMANA TJI WARA REPRÉSENTANT UNE ANTILOPE…

Lot 7
25 000 - 40 000 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

CIMIER BAMANA TJI WARA REPRÉSENTANT UNE ANTILOPE…

CIMIER BAMANA TJI WARA REPRÉSENTANT UNE ANTILOPE FEMELLE ORYX ET SON FAON, MALI
Bois et métal
H. 66 cm
BAMANA CIWARA CREST REPRESENTING A FEMALE ORYX ANTELOPE AND ITS FAWN, MALI
H. 25.98 in

Provenance:
- Collection Henri Kamer, Paris
- Collection Jacques Boussard, Paris
- Collection Béatrice et Patrick Caput, Paris

Publication:
- Patrick Caput et Valentine Plisnier, Arts d'Afrique. Portraits d'une collection, 2016, p.154-155

Artiste, peintre et esthète, Jacques Boussard (1915-1989) fit évoluer sa recherche artistique au fil des grands mouvements du XXe siècle (réalisme, cubisme, abstraction). Particulièrement sensible à la question de la forme, il s'intéressa à l'art africain à partir des années 1950 suite à ses nombreuses visites chez ses amis F. H. Lem et I. Païlès, eux-mêmes collectionneurs d'arts primitifs. Cette rencontre avec les arts lointains résonna ensuite tout au long de son travail. Amateur d'art antique, son goût le porta davantage vers la statuaire que vers les masques. Il appréciait particulièrement «la gravité et la noblesse, la sérénité, la logique, la clarté» des sculptures sub-sahariennes (voir Arts primitifs dans les ateliers d'artistes).
Ce beau cimier fait indéniablement écho à l'intérêt de Jacques Boussard pour la pureté plastique. Alliant merveilleusement la stylisation des formes à la pureté des volumes, il s'inscrit, à travers l'envolée remarquable des cornes, dans la verticalité. Le corps de l'antilope oryx est réduit à sa plus simple expression. Elle porte sur son dos un petit faon, dynamique et graphique. Ce jeu entre les deux personnages, la mère et l'enfant, leur modelé et leur touchante patine nuancée témoignent d'une grande ancienneté.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue