[DIDEROT (Denis)]

Lot 53
1 500 - 2 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 1 629 €

[DIDEROT (Denis)]

Pensées philosophiques. La Haye, Aux dépens de la Compagnie, 1746. In-12, veau marbré, filet à froid, dos lisse orné, pièce de titre rouge, pièces d'armes en tête et queue, tranches rouges (Reliure de l'époque).
Édition originale.
Un frontispice anonyme gravé sur cuivre, dans le genre d'Eisen, représente la Vérité enlevant son masque à la Superstition qui, renversée sur un sphinx et un dragon, tient un sceptre rompu tandis que sa couronne roule à terre.
Dans son Dictionnaire des ouvrages anonymes (1824, n°13996), Barbier raconte qu'à cette époque, Diderot se trouvait dans l'impossibilité de prêter 600 francs à une femme qui en avait besoin, et qu'il désirait obliger; il s'enferma dans sa chambre, travailla de toutes ses forces, composa en quatre jours les Pensées philosophiques, et les ayant présentées à son libraire, il en reçut la somme qu'il désirait de prêter.
On sait que la dame en question n'est autre que Madame de Puisieux, la maîtresse de Diderot, mariée à un avocat du Parlement de Paris et elle-même femme de lettres, et il semblerait que la rapidité d'écriture des Pensées philosophiques soit une légende car c'est une oeuvre qui a exigé de nombreuses lectures (cf. Diderot, catalogue de la Bibliothèque nationale, 1963, n°48).
L'ouvrage contient 62 pensées à travers lesquelles Diderot fustige les athées, les sceptiques absolus, l'ascétisme chrétien, la religion révélée et les miracles. Il fut condamné au feu par le Parlement de Paris le 7 juillet 1746.
La reliure porte au dos des pièces, un arbre terrassé d'un croissant, armoiries indéterminées.
Frottements à la reliure.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue