Ɵ Masque nwantantay Bobo/Bwa, Burkina-Faso…

Lot 35
20 000 - 35 000 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

Ɵ Masque nwantantay Bobo/Bwa, Burkina-Faso…

Ɵ Masque nwantantay Bobo/Bwa, Burkina-Faso
Époque présumée: Fin du XIXe siècle
Bois mi-dur, pigments noirs, blancs et ocre rouge, restauration indigène
H. 176 cm

Provenance:
- Collection privée, New York

Exposition:
- Wild Spirits, Strong Medicine - African Art and the Wilderness: Center for African Art, New York, 10 mai - 20 août 1989
Northwestern University, Evanston, 21 septembre - 22 novembre 1989
The Lowe Art Museum, The University of Miami, Miami, 14 décembre 1989 - 28 janvier 1990
The Columbus Museum of Art, Columbus, 18 février - 30 avril 1990
The Worcester Art Museum, Worcester, 15 septembre - 1er décembre 1990

Publication:
- Martha G. Anderson et Christine Mullen Kreamer, Wild Spirits, Strong Medicine - African Art and the Wilderness, Center for African Art, New York, 1989, page 117, n° 71 (à droite)

Masque planche Bobo/Bwa aux lignes caractéristiques du style. Le visage circulaire à large paroi de portage est orné d'yeux en cercles concentriques, la bouche losangée percée afin d'autoriser le regard. Une prise sobre est fichée au menton. La haute superstructure est ornée d'un décor graphique en moyen relief, creux et pleins rehaussés d'une vive polychromie accentuant le caractère hypnotique de ce masque aux lignes vibratoires. Un long crochet tombant du front à la lèvre supérieure confère une troisième dimension à l'oeuvre, une restauration indigène apportant une note d'affect à ce masque dont ses utilisateurs ont voulu prolonger l'existence. Véritable poignée, ce crochet permettait au porteur d'assurer l'équilibre du masque sur son visage lors de rotations spectaculaires, le faisant parfois véritablement chanceler.
Hérité des Gurunsi voisins, ce type d'oeuvre à la belle abstraction incarnait des esprits de l'air associés à la vie aquatique. Selon Christopher
Roy “Alors que les masques de feuilles concrétisent Do, la croyance commune à tous les Bwa, les masques de bois sont ceux des rites de la famille et du clan. (...) Quand les anciens d'un clan commandent un masque au sculpteur, ils lui décrivent très précisément les motifs qui doivent être gravés. Le masque reçoit un nom initiatique, basé sur la combinaison des motifs” (In Christopher Roy, 1987, pages 287 et 296).
Ici, les lignes brisées horizontales sembleraient symboliser le sentier accédant au bois sacré, les damiers noirs et blancs évoquant quant à eux les nattes de peau servant d'assises, la teinte noircie par la suie propre aux nattes des aînés, le blanc évoquant celles des jeunes initiés.
Il est exceptionnel de pouvoir présenter une oeuvre de cette région d'une aussi belle ancienneté.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue